This website uses cookies. By using the site you are agreeing to our Privacy Policy.

France

Pourquoi encore utiliser l'argentique ?

L'argentique fait figure de parent pauvre de la photographie. Pourtant le film 24 X 36 autorise une approche plus personnelle de la prise de vue, et des possibilités créatives inédites.

Photographier en argentique n'est pas synonyme de régression. De nombreux photographes, jeunes et moins jeunes, continuent d'utiliser les deux supports. Car l'un comme l'autre possèdent leurs qualités propres, et complémentaires.

En premier lieu, l'argentique oblige à ne déclencher qu'à bon escient. Alors que le numérique incite à multiplier les photos, voire de "mitrailler" pour obtenir une bonne image, l'approche argentique est plus réfléchie, avec la nécessité de choisir le film correspondant à son sujet. Noir et blanc ou couleur, papier ou inversible, haute ou basse sensibilité...

Allier par exemple en reportage la définition d'une Velvia 50 et d'une optique lumineuse reste une expérience étonnante. Même si l'approvisionnement peut se révéler difficile pour certains films, le choix reste vaste.

Un ton plus personnel

L'appareil photo est l'outil au service du regard du photographe. En argentique, vous avez la possibilité de tester de nombreux boîtiers aux formats et aux possibilités différentes, et d'élargir ainsi votre palette de prises de vues.

Connaissez-vous les appareils à télémètre, capables de photographier sans bruit et quasiment au jugé ? Ou le sténopé, cet ancêtre de la photo sans réglages et au rendu si particulier ? L'argentique offre de (re)découvrir ces supports originaux, et d'élargir ses connaissances.

Car à force de se poser de multiples questions avant de déclencher, on finit par acquérir un savoir faire et une connaissance pratique des couleurs, des contrastes, des lumières, des perspectives...Ce qui favorise plus que le numérique la personnalisation de son style. Bon pour le savoir-faire, l'argentique encourage également l'imagination.

  • Plus d'autonomie. Si vous partez en voyage à l'autre bout du monde, dans un endroit isolé, sans possibilité de recharger des batteries, un 24 X 36 argentique s'impose ; En reportage également, l'appareil argentique associé à des films de sensibilités différentes est réellement tout terrain, et le numérique gourmand en énergie ne sera pas forcément le plus adapté.

  • Tirages papiers de qualité. La palette du labo photo classique reste beaucoup plus large : types de papiers (barytés), virages (sépia), chimies de haut niveau… Le labo photo maîtrisé, en noir et blanc ou en couleur, recèle des possibilités créatives incomparables. Il permet avant tout d'obtenirdes photos uniques car réalisées selon vos propres goûts.
  • Haute sensibilité. Mis à part la toute dernière génération de boîtiers reflex, l'avantage reste à l'argentique sur la qualité des images en très basses lumières. Vous pouvez "pousser" votre film jusqu'à 3200 Iso, et les poses longues ne souffrent pas du "bruitage" caractéristique des images numériques.

  • Moyen-format. Sauf à posséder un dos numérique hors de prix, le moyen format, et qui plus est le grand format, sont réservés au film. Les techniques uniques de ces prises de vues (éclairage, mise au point), et la qualité des négatifs 6 X 6, 6 X 7, 4 X 5 ou 20 X 25 reste encore inégalée. Et travailler avec l'un ou l'autre de ces formats permet d'obtenir, notamment pour le portrait ou le paysage, des agrandissements incomparables.