This website uses cookies. By using the site you are agreeing to our Privacy Policy.

France

Frédéric Réglain - Tant de merveilles à portée d'objectif

A quoi bon s'évertuer à parcourir le monde alors que tant de trésors s'offrent à nous, ici, là, tout près ? La preuve avec Frédéric Réglain et ses clichés de la faune et de la flore... au coeur de la Loire.

Frédéric Réglain - tant de merveilles à portée d'objectif

A quoi bon s'évertuer à parcourir le monde alors que tant de trésors s'offrent à nous, ici, là, tout près ? Tel est le message que nous délivre Frédéric Réglain au travers de ses clichés, ayant pour thèmes la faune et la flore avec la Loire pour territoire.

Rien ne sert de courir...

S'émerveiller devant une sauterelle. Eriger une banale rosée matinale en torrent de grâce. S'étonner du charme de la nature, encore et toujours. Frédéric Réglain n'a nullement besoin de sillonner la planète pour inscrire le merveilleux sur sa pellicule. Humble, sa démarche ne poursuit qu'un seul dessein : « saisir ces instants féeriques que la nature nous offre et que nous ne prenons pas le temps d'observer...alors qu'ils se déroulent là, sous nos pieds. » Comme pour rendre justice à cette nature délaissée, Frédéric Réglain a décidé de privilégier la flore et la faune dans ce qu'elles ont de plus modeste : une goutte d'eau, des insectes...Et là encore, loin des sentiers battus, il préfère réaliser des clichés de sauterelles ou de fourmis, plutôt que de photographier les sacro-saintes coccinelles, et autres libellules.

...il faut partir à point

Peu coutumière, sa démarche n'en est pas moins rationnelle. Pour ce jeune photographe, réaliser un cliché ne s'improvise pas. Il faut s'armer de patience et se fixer des règles, aussi exigeantes soient-elles. « Je me souviens d'une fois où je voulais à tout prix photographier un arc-en-ciel et son reflet dans la Loire. Je suis venu au même endroit tous les jours, pendant trois semaines, jusqu'à réaliser le cliché que je souhaitais. » « Presque », « à peu près », « quasiment » : des mots bannis du langage de Frédéric Réglain qui déplore la banalisation actuelle de la photographie, accessible à tout un chacun, via un simple téléphone portable. Qu'il ne s'inquiète pas : très peu de photographes, amateurs ou professionnels, ont ce don si précieux : celui de rendre éternel un moment fugace. Et n'est-ce pas là l'une des définitions du beau ?

Le site de Frédéric Réglain : http://www.frederic-reglain.com/